L’ENCLAVE CARCÉRALE DE FLEURY-MEROGIS

Territoire Île de France

2014 / Phase de projet PFE

 » On pourrait regarder la ville comme une juxtaposition d’îles, de microcosmes  » Al Idrissi

L’enclave de Fleury Mérogis est un territoire enfermé et contenu par d’autres. Isolée, la maison d’arrêt est donc une « anomalie » dans la ville, d’autant plus qu’elle n’a pas de mur d’enceinte contrairement aux prisons traditionnelles.

La porosité de cette limite a pour conséquence une incompréhension du territoire par le visiteur ou le promeneur. La maitrise spatiale consiste à découper l’espace et le délimiter parmi d’autres entités. Les limites les plus fortes sont celles qui sont visibles, continues et impénétrables. Or, l’enclave de Fleury Mérogis n’est pas claire du fait de ces limites poreuses.

Le projet s’articule alors autour d’une question : comment absorber ce trou noir carcéral ?

Notre réponse est d’assumer l’enclave et de contenir cet effet « trou noir » par une limite franche. Une épaisseur est créée le long du domaine carcéral, générant une plus-value pour la ville. La limite serait alors perçue comme un interstice où se produisent des situations urbaines. Trois filaments sont proposés, l’un coté ville, l’un coté forêt et l’un coté zone d’activité, afin de mettre en scène cette limite urbaine.

collaboration : Marie Nicolazzi + Clémence Rodriguez

plus d’informations sur ce lien booklet

SHARE ON